All posts filed under: explorer le tricot dans nos vies

le tricot comme moyen de retrouver son énergie

Accepter la fatigue et en profiter pour tricoter !

Après trois semaines pleines de mouvements et d’évènements divers, ponctués par des mini-séjours à droite à gauche, je fais face à un bon gros coup de fatigue. J’aime pas. Je trouve cela très frustrant de ne pas pouvoir faire tout ce que je voudrais faire au rythme habituel. J’ai du mal aussi à trouver le bon dosage entre ne rien faire du tout et me laisser aller et en faire trop et être, dans un cas comme dans l’autre, encore plus fatiguée qu’avant. Mais ces coups de fatigue font, comme pour beaucoup d’entre nous je suppose, maintenant partis de ma vie, et je m’améliore. J’ai compris qu’il n’y avait qu’une chose à faire : accepter. Accepter de ralentir le rythme. J’ai souvent besoin de temps pour me mettre à agir, mais une fois que je m’y mets, je suis plutôt rapide et concentrée sur ce que je fais. En cas de fatigue, je ralentis, j’accepte de faire les choses avec lenteur, parce que finalement, en y allant doucement, je fais autant de choses dans ma …

le tricot reste un émerveillement quotidien, en particulier le tricot des gants !

Le tricot reste toujours une source d’émerveillement

Cela fait maintenant des années que je tricote, et je continue, parce que cela reste toujours un émerveillement de regarder ce qui nait entre mes mains. J’ai juste une pelote et deux aiguilles, ou quatre ou cinq, et il se passe un truc magique, qui certes prend bien plus de temps qu’un coup de baguette, mais quand même, pas tant que ça, et à la fin j’ai une écharpe autour du cou, un pull sur le dos, des chaussettes à mes pieds (fait froid aujourd’hui !), des gants pour protéger mes doigts, et un bonnet sur la tête. C’est juste magique, merveilleux, fantastique.

Qu'est-ce qui fait de nos tricots des objets uniques ?

Tricot et pièce unique

Il y a quelques années, alors que j’offrais un gilet que j’avais tricoté à une petite fille de mon entourage, la maman s’est exclamé : „Il n’y a que toi qui a un gilet comme ça, tu te rends compte, c’est un exemplaire unique !” J’avoue que sur le moment j’ai été surprise, et à vrai dire, je le suis encore aujourd’hui. De fait, je passe complètement à côté du côté „pièce unique” comme une pièce de musée de ce que je tricote. Ça ne m’effleure pas.